Choix des clubs en campagne africaine : le point de vue critique de Marco Ibrahima SORY

CONAKRY– C’est désormais officiel, la Guinée sera représentée en compétitions africaines par le Horoya AC, la SAG de Siguiri, le CI Kamsar et le Wakriya AC la saison prochaine.

Ce mardi, la fédération Guinéenne de football a entériné le choix fait par la Ligue Guinéenne de Football professionnel et a retenu à son tour le CIK en tant que 4ème représentant guinéen.

Un choix qui est loin de faire l’unanimité au sein des observateurs et acteurs du football local. C’est le cas de Marco Ibrahima SORY Bah.

Si le Secrétaire général du Hafia FC rappelle que le club de KPC respecte les décisions de la Fédé et de la LGFP, il a néanmoins souhaité donner son point de vue sur les critères qui ont prévalu au choix des représentants guinéens pour la prochaine campagne africaine.

Marco a d’abord déploré l’absence d’un cadre de concertation entre les pouvoirs décisionnaires du foot guinéen et les responsables de clubs.

« Je tiens à préciser que je parle en tant qu’observateur du football, pas en tant que SG du Hafia. Parce que le Hafia FC et son Président KPC ont déjà une position qui est connue. Celle de se ranger derrière les autorités sportives du pays. Cela dit, à mon avis, sur le plan sportif, si la Ligue pense que c’est la meilleure option, même si d’autres choix auraient été possible. Par exemple on aurait pris ceux qui avaient représenté la Guinée en campagne africaine l’année dernière, et les reconduire comme au Burkina Faso. Ensuite, on a vu ce que la Ligue a proposé, et la fédération a entériné de facto. Je ne dirai pas que ça sent la combine. Mais il faut dénoncer cette façon de faire de la ligue, qui n’a pas associé les responsables de clubs.

Sur quelle base ils le font ?. Il faut qu’on apprenne à nous associer dans les prises de décisions, il faut respecter les clubs en écoutant le point de vue de chacun. On aurait pu associer la famille sportive pour décider. Aujourd’hui, qui a créé la polémique qui enfle ? Y a un sentiment de suspicion derrière. Les gens pensent qu’il y a eu des combines derrière. Ce sentiment est entretenu par les décideurs de notre football. Ils ont des services de communication, ils auraient pu les mettre à profit. Il s’agit de notre football. Il faut qu’on se respecte. C’est vrai, c’est une situation exceptionnelle. Nulle part vous ne retrouverez dans un texte où il est écrit, c’est ce qu’il faut appliquer. Mais si on a l’avis de tout le monde, on se concerte, ça nous évite tous ce qui arrive aujourd’hui. On attribue la 4e place au CIK. On ne comprend pas à ce niveau. Le CIK n’est pas détenteur de la coupe nationale”

Plus loin, Ibrahima SORY Bah “Marco” fait des propositions à la fédération. Selon lui, le choix des représentants guinéens en campagne africaine devrait dorénavant refléter la réalité financière de chaque club, afin que, dit-il, la Guinée ne se fasse ridiculiser un jour sur le continent.

« La fédération fait un choix sans expliquer aux gens. Y’a problème. On crée des frustrations et des interrogations. C’est dommage. Il fallait peut-être suivre l’exemple du Burkina où il n’y a pas eu de champion déclaré, pas de relégués, les anciens représentants en campagne africaine ont été reconduits. Aujourd’hui, le gouvernement guinéen dit qu’il ne va pas accompagner les clubs guinéens, on va se retrouver face à une situation difficile. On connaît la situation financière de tous les clubs guinéens. Si c’est pour respecter les cahiers de charges de la CAF, on connaît les clubs représentatifs. On risque de se faire ridiculiser, on ne le souhaite pas. Pour être très honnête, à part le Horoya, les autres qualifiés cette saison, sont loin derrière, sur le plan financier.

L’année dernière, on a vu des clubs qui prenaient des joueurs pour aller les faire dormir dans un salon. On a vu des spectacles ahurissants. On devait tenir compte de tous ces aspects avant de faire les choix. Les 25 billets d’avion que le gouvernement avait l’habitude de prendre en charge, le gouvernement ne va plus prendre en charge. Il y a 2 ans, quand le Hafia est allé au Bénin, le gouvernement avait promis qu’il va nous rembourser nos billets. Si le Hafia n’avait pas un budget conséquent qui lui permettait de fonctionner, ça allait être catastrophique. Imaginer aussi la logistique à l’extérieur. On ne va pas faire du mendiant pour aller représenter le pays en Afrique. Ça renvoie à revoir tout sur le choix de nos représentants ».

Un point de vue qui sera certainement partagé par certains responsables au sein des états major des clubs.

Guineefoot.info

Partager;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *